Inscrivez-vous à la newsletter
Vous recherchez un intrevenant, un proramme...
 Rejoignez-nous !






Retrouvez cette rubrique consacrée à vous faire partager films, livres, arts et bandes dessinées dans notre onglet 2020.




GARDONS LE LIEN



A lire :


La force d’un combat commun par Mazarine Pingeot

article paru dans Etudes, la revue de culture contemporaine.

https://www.revue-etudes.com/article/la-force-d-un-combat-commun-mazarine-pingeot-22591


Articles de Jean-Michel Djian

Ivan Illich, impitoyable procureur de la modernité, paru dans la Revue des Deux Mondes, septembre 2019

http://www.festival-philosophia.com/wp-content/uploads/2020/04/JM-DJIAN-article-Illich-1.pdf


pour Philosophia: Illich, une fine gueule de la philo:

http://www.festival-philosophia.com/wp-content/uploads/2020/04/Illich-une-fine-gueule-de-la-philo.pdf


Interview de Barbara Stiegler :

la crise sanitaire actuelle est le pur produit du néolibéralisme sur France3 :

https://france3-regions.francetvinfo.fr/nouvelle-aquitaine/gironde/bordeaux/barbara-stiegler-crise-sanitaire-actuelle-est-pur-produit-du-neoliberalisme-1818004.html


Sans omettre notre rubrique Une notion, un Auteur



REPORT DU FESTIVAL



Nous vous informons que l’édition 2020 du festival Philosophia qui devait se tenir du 28 au 31 mai prochain, n’aura pas lieu.


La situation actuelle liée à l’épidémie de Covid-19 nous empêche d’organiser des réunions publiques réunissant un grand nombre de personnes et donc de maintenir le festival.


L’édition de cette année, sur le thème « Le langage, parlons-en » est reportée à mai 2021.

Le Prix Philosophia Jeunesse est quant à lui maintenu ainsi que différentes actions en direction de la jeunesse qui seront aménagées en fonction des rythmes scolaires et des mesures de sécurité.


Une réflexion est en cours pour proposer au public fidèle de Philosophia des rendez-vous philo sur le net, sous différentes formes (Visio conférences, etc.), mais dès-à-présent des contenus philosophiques sont disponibles sur Instagram et Facebook avec reprises sur le site Internet de Philosophia.


Une rubrique intitulée « Une notion, un Auteur » a été créée. Les philosophes s’y expriment abordant notre actualité.


En ces temps difficiles, gardons le lien ! 


Association Idées Nouvelles     
Présidents : Mazarine PingeotFrançois Mitjavile






http://www.festival-philosophia.com/une-notion-un-auteur/


Nouvelle rubrique via l’onglet édition 2020 de notre page d’accueil (menu déroulant) où se compilent tous les articles rédigés et mis en ligne via nos pages Facebook et Instagram


Bonnes lectures et prenez soin de vous.



Mazarine Pingeot : « Face à cette épidémie, nous manquons d’horizon »



Un article paru dans le Sud-Ouest du 26 mars 2020

« Il me paraît inévitable qu’il faudra réinvestir dans le service public ».

Co-présidente du festival Philosophia de Saint-Emilion, la romancière et philosophe estime que l’épidémie montre que  » les humains sont reliés les uns aux autres »

Où êtes vous confinée ?

J’ai quitté Paris avec mes enfants pour un logement dans le sud de la France. Si j’avais été seule, je serais restée à Paris parce qu’on y est malgré tout moins isolé même si on ne peut pas sortir. Pour le moment, je suis entièrement absorbée par l’organisation de cette nouvelle vie, les devoirs des enfants, les repas familiaux, ce que vivent des millions de Français même si j’ai conscience d’être une privilégiée. Je n’ai pas vraiment le temps de travailler et de m’isoler pour réfléchir à tout ce qui est en train de se passer. A titre personnel, je vous avoue que je trouve cette période très angoissante et je n’arrive pas à me concentrer sur mon travail de philosophe.
Vous manquez de recul par rapport à l’événement ?
Oui, c’est çà. J’allais vous dire qu’on est en plein coeur de l’épidémie mais même pas, on n’en est qu’au début et on ne sait pas du tout comment çà va évoluer. Il est impossible de commencer à esquisser la moindre leçon de ce qui se passe. Il faut être très prudent. La seule certitude, c’est que cette épidémie révèle au grand jour des situations très inégalitaires et qu’elle va même les accentuer. Je pense aux inégalités scolaires, à la fracture numérique ou encore aux femmes qui élèvent seules leurs enfants. C’est une période brutale qui va se traduire par plus de violence intra-familiale.

Même avec le peu de recul dont on dispose, qu’observez vous de cette épidémie ?

Si je dois faire appel à un philosophe, je pense à Leibniz et son système des monades selon lequel tout être est soit une monade soit un composé de monades. En fait, nous sommes enfermés dans une cellule mais tous reliés aux autres. Pendant le confinement, nous sommes tous solitaires devant notre écran d’ordinateur ou de smartphone mais néanmoins reliés aux autres. C’est ainsi qu’on forge une société même si on en verra sans doute les limites au fur et à mesure du confinement.

Et puis, ce confinement me fait réfléchir sur la notion d’horizon. Avoir un horizon commun, c’est ce qui fait une communauté. Ne pas en avoir est très déstabilisant. Il y a par exemple l’horizon physique avec, en ce moment, des gens qui n’ont pour seul horizon que le mur de l’immeuble d’en face. Et l’horizon temporel. Aujourd’hui, personne n’est capable d’affirmer quand va-t-on sortir de cette crise.

LA RÉDACTION VOUS CONSEILLE
• Boris Cyrulnik : « Le confinement est une provocation à l’angoisse »
• Hervé Le Bras: « Le vieillissement n’est pas une explication à l’épidémie »

Avez-vous une lecture politique de l’épidémie ?

On connaît la puissance du néo-libéralisme et sa capacité à imposer sa loi mais il me paraît inévitable qu’il faudra réinvestir dans le service public, refaire appel à l’Etat-providence dont on constate à quel point il nous protège malgré les coups et les privations qu’il a subis, par exemple à l’hôpital public. Ce n’est pas de gouvernement qu’il faut changer, même si Macron incarne parfaitement ce néo-libéralisme, c’est de système. Le virus ne fait pas de politique, il frappe tous les régimes quelle que soit leur nature et n’a aucune notion des frontières.

Le philosophe Hobbes affirmait que l’homme est un loup pour l’homme. A-t-il raison ?

Sans être une optimiste excessive, je ne partage pas son pessimisme. L’homme a besoin des autres et d’horizons communs pour en revenir à ce que je vous disais. L’épidémie engendre certes des situations atroces mais je préfère retenir les très nombreux élans de solidarité qu’elle fait naître. Et puis si on doit parler de loup, c’est aussi un animal qui a besoin de vivre en meute, donc en communauté.

Quelles lectures conseillez vous pendant ce confinement ?

Je suis en train de lire un livre passionnant « Liberté et abondance » de Pierre Charbonnier qui réinterroge la philosophie politique à la lumière de l’écologie. Sinon, pour un travail en cours, je relis Emmanuel Levinas que je trouve toujours magnifique. J’ai enfin envie de citer le trio magique Pascal, Descartes et Spinoza. Cela dit, la philosophie pure peut être aride et décourager les bonnes volontés. On peut alors se lancer dans de la littérature philosophique ou des manuels de philosophie.

Ne pensez vous pas qu’il y aura un trop-plein de livres après l’épidémie ?

C’est vraisemblable. Que ce soit sous forme de roman, d’essai, de journal intime ou de récit historique, je pense que l’édition va être submergée par le coronavirus. Comme toujours, il y aura le pire et le meilleur.

Vous êtes co-présidente du festival Philosophia de Saint-Emilion. Aura-t-il lieu ?

On fait comme s’il allait avoir lieu pour se donner du courage. Il se déroule fin mai. A priori, çà laisse du temps mais en fait ce n’est pas si loin que çà. Et ce sera difficile de le décaler parce qu’il y aura déjà beaucoup événements reportés. Si elle a lieu, ce sera vraiment une édition très spéciale.

Par Benoît Lasserre
Publié le 26/03/2020 à 8h40



Festival Philosophia et vous



Retrouvez toutes nos conférences via ▼

Pendant cette période, Festival Philosophia vous accompagne et vous propose aussi via les réseaux sociaux de retrouver toutes ses publications.

https://www.facebook.com/Festival.Philosophia/

https://www.instagram.com/festival_philosophia/



CARNETS DE LA DROLE DE GUERRE



Par Philosophie magazine

Le festival Philosophia vous accompagne pour vivre au mieux le confinement. Il mobilise ses ressources à commencer par cette newsletter mise en place par son partenaire Philosophie magazine.

Une réflexion sur ce que nous sommes en train de vivre à travers différentes figures de la philosophie.

Festival Philosophia vous invite à vous abonner ► https://www.philomag.com/carnets-de-la-drole-de-guerre-par-philosophie-magazine-42732?fbclid=IwAR1doYhrbPdYLWO-QFKGwhEevj4S99L9lVdDdvfuxMae2M1KaoY5Mc3zg8Q

dessin © Catherine Meurisse pour PM



Votre avis nous intéresse



Cher public, merci de remplir le questionnaire suivant, afin de mieux connaître les profils et pratiques de nos festivaliers, mais aussi d’identifier les perceptions et représentations associées au Festival Philosophia.
Merci de bien vouloir y contribuer, cela prend seulement quelques minutes.

https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLScjQhpLhE48WVkXFCZST_urpCjb6rrup6ZylD4iCQXkrDJi7g/viewform